Fiche Qu'est ce que le bénéfice ? la fiche fiscalité

La fiche fiscale : qu'est ce que le bénéfice la fiche fiscalité ? : les explications Adhésion sans engagement

Création dès 25 € HT
Entretien fiscal compris
créez

Prévisionnel certifié à 125 € HT
Pour vos financements bancaires
démarrez
Comptabilité dès 25 € HT Mensuel
Visa fiscal compris
démarrez

Bilan annuel certifié dès 300 € HT
démarrez

Logiciel de comptabilité en ligne gratuit
s'inscrire
VOTRE Expert

Qu'est ce que le bénéfice ? la fiche fiscalité

Recherche :

Qu'est ce que le bénéfice ?

315 caractères
temps de lecture : 4 minutes

Le bénéfice, ou profit, est un indicateur positif dans le monde de l'entreprise. C'est la différence positive, après acquittement des impôts, entre les produits générés durant l'année comptable et les charges effectivement versées par l'entreprise durant l'année comptable. Le bénéfice est donc l'excédent (ou le solde positif) produit par une entreprise issu des opérations de décaissement et d'encaissement réalisées sur une période donnée.

Le compte de résultat est un document comptable permettant de faire apparaître le résultat de l'exercice d'une entreprise et donc l'existence ou non d'un bénéfice.

Pour calculer ce bénéfice net, une entreprise doit supprimer tous les frais et dépenses de son chiffre d'affaires total. Elle devra également supprimer les différents impôts afin d'avoir un résultat en net sur la période souhaitée. Le bénéfice net peut être utilisé pour payer les dividendes des actionnaires ou être réinvesti dans l'entreprise.

technique comptable




Avant de nous intéresser à la définition du bénéfice imposable en détail, précisons les principales différences qui existent entre les BIC ou les BNC.

Ces deux termes désignent le mode de calcul du bénéfice imposable.
  • Les BIC Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC) sont les bénéfices réalisés par les personnes physiques qui exercent une activité commerciale, industrielle ou artisanale (exploitants individuels ou associés de certaines sociétés de personnes).

    Ils font partie du revenu imposable et sont soumis à des obligations déclaratives qui dépendent du régime fiscal applicable : micro BIC, réel simplifié ou réel normal ;
  • Les BNC sont les bénéfices non commerciaux, c'est-à-dire issus d'une activité libérale encadrée.

    C'est le cas, par exemple, des notaires, médecins, vétérinaires, avocats, experts-comptables ou encore des architectes.
  • LES BÉNÉFICES AGRICOLES (BA) : Ce sont les revenus réalisés par les fermiers, métayers et plus globalement tous les exploitants agricoles.


Le bénéfice imposable que dégage une société est un résultat comptable positif dégagé sur un exercice de 12 mois.

Lorsque la différence entre les produits et les charges d'une société est positive, son résultat net affiche un bénéfice.

Quand cette différence est négative, on parle de déficit ou de perte.

Dans la majorité des pays, les entreprises dégageant un bénéfice sont soumises à l'impôt sur les sociétés.

La part restant après charges, amortissement de l'actif social, provisions pour dépréciations et imposition est alors appelée bénéfice net.

Ce bénéfice net est réparti, dans les sociétés par actions, entre les actionnaires sous forme de dividendes et l'entreprise elle-même pour accroître sa capacité d'autofinancement.

Le bénéfice net divisé par le nombre d'actions permet d'apprécier la performance d'une société. 

On ne calcule pas un bénéfice mais un résultat net, qui, s'il est positif, est un bénéfice.

Voici la formule pour calculer le résultat net :

Résultat net (bénéfice ou perte) = produits - charges

Les produits correspondent aux produits d'exploitations, produits financiers et produits exceptionnels. Les charges Les charges sont principalement constituées :
  • Des frais généraux de toute nature,
  • Des dépenses de personnel et de main-d'oeuvre si elles sont proportionnées et correspondent à une rémunération normale compte tenu de la mission conférée, ou encore du loyer des immeubles dont l'entreprise est locataire,
  • Des amortissements réellement effectués par l'entreprise,
  • Des intérêts des comptes courants d'associés : ce sont les intérêts servis aux associés en contrepartie des sommes qu'ils laissent à la disposition de la société, en plus de leur part dans le capital,
  • Les intérêts sont cependant déductibles dans la limite d'un taux légalement prévu et variable d'une année à l'autre,
  • Des provisions constituées pour prévoir de probables pertes ou charges, à condition qu'elles aient été effectivement constatées dans la comptabilité de l'exercice,
  • Des rémunérations directes et indirectes, y compris les remboursements de frais versés aux personnes les mieux rémunérées,
  • Des frais de réception, de restauration...


En France, on appelle bénéfice brut, la part dégagée par l'entreprise avant soumission à l'impôt sur les sociétés, dont le taux est de 33,33%.

Cependant, les TPE et PME dont le chiffre d'affaires HT est inférieur à 7 630 000 € peuvent bénéficier d'un taux réduit de 15% sur les 38 120 premiers € de bénéfice.

Le bénéfice net correspond donc à ce qui reste une fois les impôts réglés.

Le bénéfice brut et le bénéfice net ne sont donc pas calculés de la même façon.

Voici les deux formules de calcul : 

Bénéfice brut = prix de vente - coût de revient Bénéfice net = bénéfice brut - -charges + amortissement de l'actif + provisions)

 
posté le
Corrigé le 2019-12-03

Toutes les fiches fiscales >>