Le secteur informel

THÈME : social
225 caractères
temps de lecture : 3 minutes

Secteur informel, travail informel, économique informelle, ces termes se situent en opposition de l'économie formelle, autrement dit visible et institutionalisée.

L'économie informelle opère en marge de la loi ; elle se rend invisible des pouvoirs publics en échappant aux cotisations sociales et à la fiscalité, de même qu'aux obligations de conformité en matière de normes et de licences.
Elle est aussi la seule source de revenus viable de milliards de personnes.

social


Les chiffres du secteur informel

L'organisation internationale du travail (OIT) estime que 60 % de la population active mondiale âgée de 15 ans et plus, évolue au moins partiellement dans le secteur informel. Une analyse plus fine de l'OIT montre que :

  • près de 85% des actifs travaillent dans le secteur informel en Afrique,
  • environ 68% en Asie, dans le pacifique et dans les pays arabes,
  • 40% en Amérique,
  • 25% en Europe et en Asie centrale.

On constate donc que le secteur informel persiste plus particulièrement dans les pays émergents et les pays en développement.

Ces activités informelles sont très souvent un filet de sécurité pour les personnes qui ne disposent pas de l'instruction et des compétences requises pour les emplois formels, ou qui sont trop pauvres pour accéder aux financements.

Le secteur informel n'offrant ni contrats, ni protection sociale, ces travailleurs font partie des catégories les plus précaires et les moins bien payées. Le travail informel est aussi associé aux inégalités femmes- hommes. Les femmes étant encore plus susceptibles que les hommes d'occuper un emploi dans le secteur informel.

Les entreprises qui appartiennent au secteur informel sont généralement de petite taille, familiales et ont une faible productivité. Incapables d'accéder à des financements, elles ne peuvent pas atteindre leur potentiel de croissance économique.

Maintes études ont pourtant démontré qu'en général les pays qui disposent d'un meilleur accès aux financements affichent moins d'inégalités de revenus et une croissance plus rapide.
Ainsi le secteur informel est de plus en plus reconnu comme étant un obstacle au développement durable.

 

Le développement durable exige de réduire le secteur informel

La pandémie de COVID-19 a précipité ces travailleurs précaires dans une grande détresse, démontrant à quel point il est essentiel et urgent de réduire l'économie informelle. Or, seuls un développement économique inclusif et l'action des pouvoirs publics permettront de réduire la pauvreté dans le monde.

De vastes expérimentations et études ont été menées, permettant ainsi de mieux comprendre les principes directeurs et de dégager quatre types de mesures qui se révèlent efficaces :

  • Améliorer l'accès à l'éducation et la qualité de l'enseignement est le levier le plus puissant pour réduire le secteur informel ;
  • Simplifier la fiscalité et engager une baisse des taux d'imposition de façon à ce que les individus et les entreprises ne soient pas incités involontairement à rester dans l'économie informelle ;
  • Mettre en place des mesures qui favorisent l'accès à des services financiers formels ;
  • Éliminer les règlementations et les formalités administratives excessives.

 

 

posté le
Corrigé le 2021-03-12

Mots clefs en rapport :
travail informel / économie informelle / pouvoirs publics / femmes hommes / informel / travail / économique / informelle / économie / pouvoirs / publics / fiscalité / revenus / oit / asie / formels / financements / travailleurs / précaires / inégalités / femmes / hommes / entreprises / croissance / études /

Toutes les fiches fiscales