Fiche Le MEDAF la fiche fiscalité

La fiche fiscale : le medaf la fiche fiscalité ? : les explications Adhésion sans engagement


Prévisionnel certifié à 124.9 € HT
Pour vos financements bancaires
prévisionnel
Comptabilité dès 24.9 € HT Mensuel
Visa fiscal compris
démarrez

Bilan annuel certifié dès 399 € HT
démarrez

Logiciel de comptabilité en ligne gratuit
s'inscrire
VOTRE Expert

Le MEDAF

211 caractères
temps de lecture : 2 minutes

L'acronyme MEDAF signifie "Modèle d'Évaluation Des Actifs Financiers". CAPM en anglais pour "Capital Asset Pricing Model".

Le modèle a été développé par William Sharpe dans les années 60 en s'appuyant sur "La théorie moderne du portefeuille" de Harry Markowitz en 1952. Cette théorie financière expose ce que devrait être le prix d'un actif, selon son risque par rapport au risque moyen du marché et la façon dont les investisseurs rationnels utilisent la diversification afin d'optimiser leur portefeuille.

Universellement utilisé sur les marchés financiers et dans les problématiques financières d'entreprise, le MEDAF comporte pourtant des défauts à la fois pratiques et fondamentaux du fait qu'il part du postulat comme quoi les marchés sont à l'équilibre.

technique comptable


Il s'agit de prévoir, dans le cadre d'un marché en équilibre, combien rapportera un actif sur la durée, en fonction de l'offre et de la demande attendues.

Le MEDAF permet de calculer la rentabilité attendue de tout type d'actif financier (obligation, action, SICAV,...) en  comparant la notion de risque par rapport à un rendement espéré.


La formule étant :  ra = rf +  ?a (rm - rf)
ra étant la rentabilité espérée de l'actif financier
rf étant le taux sans risque
?a étant le Beta de l'actif financier
rm étant la rentabilité espérée du marché

Le risque est représenté par le Beta, rapport historique entre la volatilité de l'actif et celle du marché.

Le MEDAF repose sur les hypothèses suivantes :
>     Aucun coût de transaction
>     Aucune taxe ni sur les plus-values ni les dividendes.
>     Tous les actifs financiers peuvent être achetés et vendus librement sur le marché
>     Les investisseurs ne souhaitent pas être exposés au risque
>     Un investisseur peut acheter ou vendre à découvert n'importe quelle action sans que cela puisse avoir une incidence sur le prix de l'action
>     L'action n'est considérée que sous son aspect moyenne-variance
>     La diversification du portefeuille d'investisseur diversifie le risque tenant à l'action.


>     Les investisseurs peuvent prêter ou emprunter de l'argent au taux sans risque

L'univers du MEDAF est ainsi parfait, ce pourquoi il est controversé.

En effet, il ne peut consister qu'en une approximation grossière du monde réel.


Notamment parce qu'il est non seulement impossible de calculer avec exactitude la rentabilité espérée du marché, mais aussi parce que l'effet taille (PER) n'est pas pris en compte dans le modèle.


En réalité, les titres à faible capitalisation et/ou à faible PER ont des rentabilités supérieures aux titres à forte capitalisation et/ou PER élevé.

Finalement, son intérêt pratique réside plus dans le domaine de la gestion de portefeuille.
D'autres modèles ont été développés, tel que l'Arbitrage Pricing Theory (APT).

 

posté le
Corrigé le 2020-02-16

Toutes les fiches fiscales >>